Qui sommes-nous ?

 PictsBirkQui 01

 

Nous sommes chrétiens évangéliques et mennonites, dans le brassage des dénominations issues de la réforme, les mennonites ne sont certes pas très connus. Mais de même que l'on parle de luthériens ou calvinistes en mémoire de Luther et de Calvin, les mennonites tirent leur nom malgré eux d'ailleurs de Menno Simons, prêtre et réformateur hollandais (1495-1561

 

Malgré eux, car les véritables origines de leur mouvement se situent en Suisse vers les années 1520. A Zurich, la Réforme amorcée par Zwingli subissait des divergences profondes entre les réformateurs sur certains points tels que la séparation de l'église et du pouvoir, l'usage de la violence ou la pratique du baptême.

 

Ceux qu'une réflexion approfondie de ces questions avait menés à des prises de positions jugées trop radicales furent surnommés "anabaptistes". Persécutés, ils émigrèrent vers l'Allemagne, l'Alsace, le Pays de Montbéliard, la Hollande, où les autorités étaient disposées à les accueillir. Le cours de l'histoire amena leurs descendants à fuir encore vers d'autres pays et d'autres continents tels que la Russie, puis l'Amérique du Nord et du Sud.

 

Aujourd'hui, ce nom de mennonites leur sert surtout à s'identifier avec l'ensemble des églises qui se réclament des mêmes principes et qui, grâce à un travail missionnaire et social discret et patient, sont implantées sur tous les continents. Il leur sert également à se distinguer entre toutes les branches de la Réforme, parmi lesquelles le courant mennonite a un service à rendre et une présence à maintenir.

 

Que croyons-nous ?

 PictsBirkQui 02

Si cet arrière-plan historique est utile pour situer ses origines, l’assemblée mennonite n’est pas un cercle dont les membres ne seraient que les descendants ou rescapés d’une branche du protestantisme.

Notre communauté se compose d’hommes et de femmes de tous âges venus des horizons les plus divers, décidés à chercher ensemble, avec modestie et dans l’amour fraternel, ce que veut dire vivre en Chrétien dans le monde d’aujourd’hui..

C’est dans cet esprit que notre église est ouverte à tous ceux qui sont prêts au même cheminement.

 

 

 

D'où venons-nous ?

La chapelle du Birkenhof:

 Il faut remonter jusqu’en 1725 pour trouver le début de notre assemblée qui se trouvait à une douzaine de kilomètres du Birkenhof, dans une ferme perdue au milieu des forêts du Jura alsacien dans le massif du Glaserberg, située au sud de Ligsdorf, la ferme de Neuneich. Traduction : neuf chênes à cause de l’alignement de 9 chênes près de la ferme, et qui a donné longtemps son nom à notre assemblée.

  PictsBirkQui 06C'était un lieu de refuge tout indiqué pour les malheureux qui étaient persécutés par les autorités Bernoise à cause de leur foi. Ces lieux retirés, à proximité de la frontière suisse, ont donné asile dès le milieu du 16ème siècle à des "Anabaptistes". Les membres de la communauté exploitaient tout un chapelet de fermes, depuis Réchésy (T-de Belfort) jusqu’ aux portes de Bâle. Ils cherchèrent naturellement à se regrouper pour leurs cultes et le faisaient à l’époque dans cette ferme perdue au milieu de la forêt du Glaserberg, la ferme de Neuneich .Elle fut retenue comme lieu de rencontre par sa situation centrale par rapport aux autres fermes mennonites du secteur et permettait aux membres de se rencontrer en toute sécurité. Aujourd'hui disparue au milieu de la forêt, elle a donné longtemps son nom à notre l'assemblée.

 Après plus deux siècles de persécution arriva le temps de la tolérance. On abandonna ce lieu presque inaccessible. Les membres du Neuneich se réunirent en alternance tous les quinze jours dans les fermes de la région qui disposaient de place suffisante. 

 

 

 En 1846, la décision fut prise de se réunir uniquement au Birkenhof  avec la construction d’une maison à colombage démontée dans un village, on y aménagea une salle qui servi de lieu de culte.

En 1861 la famille Christian Hirschy et son épouse née Marie Ropp firent don par acte notarié de cette maison aux onze familles de l’assemblée du Birkenhof.

 1957 : L’ancienne maison à colombage étant devenue vétuste, l’assemblée prit la décision de construire une nouvelle chapelle sur le même emplacement, elle fut inaugurée le 20 avril 1958.

 En 1979 un agrandissement a été entrepris par l’ajout de locaux plus spacieux et fonctionnels.

 Cette chapelle nous sert encore aujourd’hui de lieu de rencontre.

 

 Le cimetière du Birkenhof :

Après la guerre de Trente Ans, les Mennonites furent autorisés à s'implanter dans la région, à condition de tenir des fermes à l'écart des villages. Cette situation n’était pas sans poser des problèmes pour les inhumations, puisque les cimetières publics leurs étaient interdits. Les inhumations avaient lieu généralement dans les jardins, les vergers des fermes, où en lisière de forêt. C’est en1807 qu’un terrain particulier au Birkenhof fut reconnu et autorisé comme cimetière par l’administration Préfectorale. Ce cimetière sert encore aujourd’hui.

PictsBirkQui 04

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les mennonites en France et dans le monde voici quelques liens:

- l'association des églises évangéliques mennonites de France

- le site de notre mensuel, "Christ Seul"

- le site du centre mennonite de Paris

- le centre de formation du Bienenberg

- Une bibliographie anabaptiste francophone